Alimentation environnement Infos pratiques Santé Thématiques

Les perturbateurs endocriniens

Mardi 2 mars 2021, la Haute-Garonne Environnement (HGE) a organisé une web-conférence sur les perturbateurs endocriniens (PE).

L’UFC Que Choisir s’associe pleinement dans la nécessaire prise de conscience de l’existence des perturbateurs endocrinien (PE) et du besoin de promouvoir une vague de fond pour endiguer ce problème et essayer de le diminuer fortement. Depuis longtemps l’UFC Que Choisir tire le signal d’alarme grâce à ses experts indépendants qui décortiquent les marchés, analysent les nouvelles tendances de la consommation et mettent en lumière les abus pour avertir le consommateur.

Présentateurs de cette conférence :

–       Mr LUBAC : maire de Ramonville
–       Mr OLIVIER: FNE Midi-Pyrénées
–       Mme. FERRAND-LEFRANC : Réseau Environnement Santé
–       Mme. FABRE : commune de Ramonville

Tout d’abord on peut se poser la question c’est quoi un PE ?

L’OMS nous donne la définition suivante : les perturbateurs endocriniens (EDC, Endocrine Disrupting Chemicals en anglais) sont « des substances chimiques d’origine naturelle ou artificielle étrangères à l’organisme qui peuvent interférer avec le fonctionnement du système endocrinien et induire ainsi des effets délétères sur cet organisme ou sur ses descendants » (OMS 2002).

A quoi sert le système endocrinien ?

Le système endocrinien régule de nombreuses fonctions dans le corps. Les concentrations hormonales sont également influencées par l’environnement et l’équilibre mental. Si les hormones sont déséquilibrées, des problèmes ou des troubles peuvent apparaître dans le développement, la croissance, la reproduction ou le comportement psychologique. On peut donc dire que les concentrations hormonales sont aussi influencées par l’environnement.
La prise de conscience sur les PE est de plus en plus une réalité et les perturbateurs endocriniens sont de plus en plus étudiés par les scientifiques  même si  leurs effets sur l’organisme sont encore mal compris.

Plus que l’exposition simple aux perturbateurs endocriniens, c’est la durée d’exposition  à ses substances avec une période de latence qui peut aller jusqu’à 30 ans et leur mélange (appelé effet cocktail) qui posent problème et l’effet trans-générationnel et épigénique ( exemple avec le distilben).

De quelle façon les PE peuvent-ils perturber LE SYSTEME HORMONAL ?

Chez les enfants ils peuvent :
–       Provoquer une puberté précoce
–       De l’obésité
–       De l’asthme,
–       un QI réduit
–       ou de l’hyperactivité

Chez la femme/adulte :
–       Un trouble du développement du fœtus
–       Un faible poids de naissance du fœtus
–       De l’infertilité
–       Cancer du sein
–       Dérèglement thyroïdien
–       Du diabète
–       De l’obésité
–       De l’infertilité

Chez l’homme/adulte :
–       De l’infertilité
–       De l’obésité
–       Du diabète
–       Un dérèglement thyroïdien
–       Cancer de la prostate
–       De l’oligospermie
Il faut savoir que 111 pesticides sur 287 affectent les hormones thyroidiennes.

Mais où trouvent-t ’on des PE ?

On les trouve absolument partout :
–       Dans l’alimentation, pesticides
–       Dans les ustensiles de cuisines : perfluorés, BPA
–       Dans les jouets BPA, phtalates
–       Dans les contenants alimentaires comme les boites de conserves, et les biberons : bisphénol (interdit en France)
–       Dans les dispositifs médicaux : bisphénol A, phtalates
–       Dans les cosmétiques (71% des fonds de teint, 40% des rouges à lèvres, 38% des crèmes pour    le visage, 36% des déodorants, 30% des dentifrices et 24% des shampoings contiennent eu moins 1 PE).
–       Dans les produits d’entretien : alkylphénols
–       Dans l’eau : nitrates, perchlorates
–       Et dans les meubles, textiles, matériel électronique : polybromés, perfluorés

Quels sont les défis d’aujourd’hui ?

Ils sont nombreux :
–       Le changement climatique
–       La perte de la biodiversité
–       Les ressources limitées
–       Et la crise sanitaire qui s’est rajoutée

Car le Covid 19 est une maladie environnementale. En France 84% des victimes du covid avaient une maladie chronique, aux USA cela atteint 98% !

Une épidémie peut en cacher une autre, celle de l’épidémie mondiale de maladies chroniques. Il faudra tirer le bilan du covid sur les personnes atteintes de maladies chroniques quand l’épidémie sera derrère nous.

En France nous voyons l’évolution du nombre de nouveaux cas par an pour les grandes maladies chroniques ou ALD (Affections de Longue Durée) :

1.    + 124% de maladies cardio-vasculaires
2.    + 102% de cancer
3.    + 240% d’affections psychiatriques
4.    + 71% de diabète

83% des dépenses de santé sont liées aux maladies chroniques, qui représenteront 23 millions en 2023 et un surcoût de 120 milliards d’euros en 10 ans.
C’est une « catastrophe imminente pour la sante, pour la société et surtout pour les économies mondiales » avait prédit l’OMS en 2011.

Chaque année en France :
–       2500 enfants et adolescents sont diagnostiqués d’un cancer
–       500 en meurent.
–       1 enfant sur 440 développe un cancer avant l’âge de 15 ans
Le nombre de cancers des enfants augmente de 1 à 2% par an en Europe depuis 30 ans.

Que peut-on faire ?

Les actions peuvent être collectives et individuelles :

–       Citoyennes, à travers les associations qui divulguent l’information (université populaire, plaidoyer/revendications (cantines sans plastiques…)
–       Professionnelles, santé, petite enfance, agricultures, bâtiment, transport, entreprises, banques, assurances …
–       Politiques :
+ Européennes (lois et réglementation, Green deal)
+ Nationales (recherche publique, PNSE,SNPE, rapports (ANSES, SPF), lois et réglementations)
+ Collectivités territoriales (charte VTSPE c’est-à-dire « Ville et Territoires sans Perturbateurs         Endocriniens ») au niveau de la commune, département, région.
+  Mobilisation au niveau des territoires

La mairie de TOULOUSE a signé la charte VTSPE en mars 2019 ( Villes et Territoires sans Perturbateurs Endocriniens). L’objectif de cette charte et de  Protéger la population et les écosystèmes de l’exposition aux perturbateurs endocriniens. La mairie de Ramonville ( a signé la Charte en mai 2019) est également très ipliquée que ce soit à travers ses élus qu’à travers ses agents territoriaux dans un investissement dirigés vers la santé environnementale, à savoir :

–       L’information et formation des élus et des services
–       Le choix dans l’alimentation
–       Le choix dans les produits d’entretien
–       L’aménagement des espaces verts
–       Et l’information annuelle des citoyens

200 villes ont signé la Charte, dont la région Occitanie, deuxième région française à signer la charte d’engagement. Cela signifie que ces villes reconnaissent officiellement le problème des perturbateurs endocriniens et s’engagent à les réduire.

La santé environnementale est une co-responsabilité.
 
Face aux perturbateurs endocriniens il faut fédérer le tissu associatif local pour la santé et l’environnement. L’exemple nous est donné par la FNE (France Nature Environnement) représentées par 80 associations membres et 3500 associations affiliées qui est un mouvement multi-thématiques et transversal. C’est un travail transversal sur les Perturbateurs Endocriniens en relation avec les autres groupes thématiques : Eau, Sol, Air, Biodiversité, Zéro Déchet, Qualité alimentaire ….

La FNE est un mouvement constituant un observatoire citoyen avec à la clé :
–       Des formations sur l’impact des pesticides sur les milieux aquatiques, terrestres, atmosphériques …
–       Des formations juridiques en droit de l’environnement (respect des zones de Non Traitement….

Pour améliorer les connaissances théoriques et de terrain. La FNE mise sur l’intelligence collective et veut s’adresser au plus grand nombre.

Nous pouvons aussi agir individuellement , « je peux choisir donc je peux agir » en orientant nos choix d’achat vers des produits responsables et nous devons être bien informé pour pouvoir réellement agir.

Le consommateur a un véritable rôle à jouer, L’UFC QUE Choisir met l’accent sur le rôle à jouer des consommateurs par ses choix de consommation.

La bataille pour ce changement  de modèle de développement sera long mais l’UFC Que Choisir s’y est attelé depuis le départ et continuera à être un centre d’observation de la société, indépendant et vigilant pour aider le consommateur à effectuer un choix éclairé grâce à la divulgation en continu de l’information.

Sont aussi intervenus dans ce colloque :

– le Dr FERRAND-LEFRANC réseau Environnement/santé,
– Mr Boureau Président Environnement/Santé de la Haute-Garonne
– et le maire de Ramonville Mr FABRE

Conférence à venir : « One Health3 » le 17 mars 2021.

Le correspondant local de l’UFC QUE Choisir de TOULOUSE

Articles relatifs

NOUVELLE RUBRIQUE SANTE

UFC Que Choisir Occitanie

La Banque Postale : Les opérations non autorisées

UFC Que Choisir Occitanie

Médicaments

UFC Que Choisir Occitanie