Associations Infos pratiques Thématiques

Collectif « Pour que vive la vallée de l’Orbiel » : Où en sommes nous ?

PAROLES ET VIES D’HABITANTS
Quelles initiatives ont été prises par les associations et le collectif « Pour que vive la vallée de l’Orbiel » depuis les inondations de la vallée en 2018 et l’extension des zones polluées qui s’en est suivie ? 

D’abord l’information

Une dizaine de réunions publiques, plusieurs dizaines d’émissions de radios ou de télévision, plusieurs centaines d’articles de presse dans des journaux internationaux, nationaux régionaux ou locaux ; cela ne suffisant pas, nous avons complété par des « Toxic Tours » tous les 3 ou 4 mois, 30 personnes et un bus pour faire le tour des sites pollués de la vallée

Une exposition sur l’impact de la pollution minière dans la vallée a été créée également et circule dans le pays

Puis des actions

Alors que pour nous, la santé des habitants est la priorité devant l’inertie et le déni des autorités administratives et sanitaires, nous avons financé avec l’aide de la Fondation de France, une étude par prélèvement de cheveux sur 102 personnes de 3 à 80 ans, sur toute la vallée. Nous avons ainsi fait la preuve que tous sont concernés et pas seulement les enfants, que 39 métaux toxiques différents (5,5 en moyenne et pas seulement l’arsenic) se retrouvent dans le corps des habitantsUne étude épidémiologique sur tous les habitants de la vallée est donc absolument indispensable

Et encore l’interpellation des élus

  • Les députés anciens et nouveaux ont posé des questions écrites au gouvernement qui leur a répondu qu’il s’en occupait et maîtrisait la situation !!!  » Circulez, il n’y a rien à voir« . Pas (encore) de suites
  • Les conseillers régionaux d’Occitanie ont été plus efficaces. Ils ont voté une subvention pour financer une étude en cours depuis 3 ans, (Diagnose) qui doit permettre de faire le point sur la situation réelle de la pollution des sols, de l’air et de l’eau dans la vallée. A suivre… 
  • Ce sont les sénateurs qui sont allés le plus loin. Mr Courteau, dans un premier temps, comme Mme Jourda par la suite ont commencé par des questions au gouvernement. Mme Jourda n’ayant pas eu de réponse satisfaisante de la part des ministres consultés a demandé et obtenu la création d’une commission d’enquête sénatoriale sur la question des déchets miniers. Cette commission est venue sur place visiter la vallée, s’est indignée de la situation et de l’inertie des autorités. Elle a interrogé sous serment ministres et hauts fonctionnaires qui se rejettent la balle les uns sur les autres. Elle a rendu un rapport (voté à l’unanimité, tous partis confondus) qui préconise la mise en place d’une véritable législation sur les sols. La majorité de l’Assemblée nationale n’a cependant pas suivi cette démarche. Actuellement ce sont des parlementaires européens qui se sont emparés des propositions du Sénat. Affaires à suivre… 
  • Quant aux maires, la situation est très disparate. Certains nous soutiennent totalement (Lastours), d’autres sont dans le déni total (Salsigne), la majorité hésite, reconnaît que la situation est grave, soutient du bout des lèvres ou préfère se taire. Il faut dire que ces communes sont toutes petites et que leur existence dépend du soutien financier de l’État. Seul un fort soutien de la population pourra faire évoluer les positions. 

Une organisation pour agir

Nos associations se sont regroupées pour agir : Terres d’ Orbiel, l’UFC Que Choisir et le Secours Catholique. D’autres nous soutiennent, sans faire partie du collectif Gratte Papiers, Parents d’élèvesUne action en justice à été entreprise tant par les associations que par des habitants. On sait que la justice est lente… À suivre ! 

Gérard Balbastre (UFC Que Choisir Aude Roussillon), habitant de Conques Sur Orbiel 



Articles relatifs

Loi Alur et Syndics de copropriété

Certificat médical : un acte non remboursé

UFC Que Choisir Occitanie

Campagne Gaz moins cher ensemble

UFC Que Choisir Occitanie