Associations Infos pratiques Thématiques

Perspectives de dépollution de l’AUDE et Action en justice

LANCEMENT DE L’INSTITUT ECO CITOYEN EN SANTÉ ENVIRONNEMENTALE DE L’AUDE
UN ENGAGEMENT INNOVANT POUR UN AVENIR PLUS DURABLE

Le 15 juin dernier, s’est tenue l’Assemblée Générale de création de l’Institut Eco citoyen en Santé environnementale de l’Aude (IECSEA). Cet institut, présidé par la sociologue Christelle Gramaglia et créé par Viviane Thivent (conseillère municipale à Narbonne) est construit sur le modèle de l’Institut Eco Citoyen de FossurMer

Cette initiative part du constat qu’un fossé s’est peu à peu formé, entre l’Etat, les scientifiques, les industriels et les citoyens

Pour répondre à ces difficultés, I’Institut cherche à faciliter l’émergence d’un secteur de la recherche différent : les interrogations citoyennes en matière de santé environnementale y seront explorées comme des questions de science à part entière avec rigueur, méthodetransparence et pédagogie, avec et pour les citoyens… 

En effet, au sein de l’Institut Eco Citoyen, ce sont les citoyens qui posent les questions de recherche. Ces questions sont ensuite transformées en protocole par le conseil scientifique. Les citoyens peuvent suivre l’état d’avancement de l’étude et de l’élaboration de la réponseL’idée est de lutter ainsi contre la défiance généralisée, de rétablir le dialogue, de fluidifier les rapports et d’apporter une vision plus globale… 

Cette initiative marque un pas en avant crucial dans la protection de la santé publique et de l’environnement, mettant en lumière l’importance capitale de la prise de conscience collective et de l’action concertée. C’est la raison pour laquelle, notre collectif d’associations « Pour que vive la vallée de l’Orbiel » a souhaité participer à cette création innovante et proactive. Nous avons donc rejoint le collège des associations de l’IECSEA et sommes actuellement membres de son conseil d’administration

Les sujets ne manqueront pas, de l’usine Orano à Malvesi en passant évidemment par la pollution laissée par des décennies d’extraction minière dans la vallée de l’Orbiel… 

Clotilde Dal, Secours CatholiqueCaritas France 

L’ACTION EN JUSTICE 

Depuis septembre 2022, quatre associations: Gratte Papiers, Terres dOrbiel, Secours CatholiqueCaritas France et l’Association Henri Pézerat, engagées dans la dénonciation des impacts de l’exploitation minière dans la vallée de l’Orbiel, ainsi qu’une trentaine d’habitants, ont intenté une action en justice contre l’État devant le tribunal administratif de Montpellier

Pourquoi engageton cette démarche contre l’Etat ?

L’état est responsable de la pollution parce que 

  • Il a accordé régulièrement des dérogations pendant le fonctionnement de l’usine aux exploitants pour déverser leurs déchets dans la rivière ou dans l’air.
  • Il a géré l’extraction minière par l’intermédiaire de filiales du Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM);

Cette démarche s’explique par les préjudices subis en raison de la pollution des anciens sites miniers de la Vallée de l’Orbiel, ainsi que d’une tentative infructueuse de recours auprès de l’ancienne Première ministre, Élisabeth Borne. Le cabinet d’avocats Teissonière Topaloff Lafforgue Andreu (TTLA) a présenté une requête devant le tribunal administratif. 

Quels sont les objectifs visés par cette action

Les plaignants ont décidé d’engager la responsabilité de l’Etat afin de

  • Faire cesser pour l’avenir, l’aggravation des préjudices en contraignant l’Etat à dépolluer ou à défaut à confiner de manière étanche et effective les zones polluées ;
  • Réparer la carence fautive de l’Etat (préjudice moralpréjudice écologique, préjudice d’eco-anxiété…)

Audelà de la demande de réparation et la volonté d’empêcher l’aggravation des dégâts et des dommages causés par les stockages de déchets miniers, l’action contre l’administration vise notamment à alerter et sensibiliser les autorités françaises face à cette situation, afin qu’un événement similaire ne se reproduise plus à l’avenir

Où en sommes-nous aujourd’hui

A ce jour les quatre associations et la trentaine d’habitants impliquées sont toujours en attente d’une décision

Lynn Ubiedo 







Articles relatifs

Refus de remboursement des fraudes bancaires, L’UFC-Que Choisir passe à l’action  !

Copropriété : 2 mois pour contester

Attention au moustique tigre !

UFC Que Choisir Occitanie