Thématiques

La Banque Populaire Occitane et le devoir d’information et de conseil

Le lundi 17 février 2014, la juridiction de proximité de Toulouse a condamné en dernier ressort la Banque Populaire Occitane à payer des dommages et intérêts  aux 4 adhérents de l’association UFC Que Choisir de Toulouse qui avaient porté plainte pour manquement de ladite banque à ses obligations d’information et de conseil lors de leur demande de souscription d’actions.

Lors de la vente de produits financiers, la Banque Populaire Occitane aurait dû tenir compte de plusieurs critères et notamment de la situation financière de leurs clientes, de leur expérience et de leurs objectifs en matière d’investissement. Qu’en l’espèce la banque n’avait pas apporté la preuve d’avoir correctement rempli cette double obligation d’information et de conseil. Que le bulletin de souscription était en l’occurrence très succinct et qu’il ne renseignait pas les demanderesses sur le fait qu’elles souscrivaient à une opération atypique et particulière, inadaptée à leurs situations patrimoniales.  Le tribunal a estimé par conséquence  que cette faute avait causé un préjudice qui engageait  la responsabilité de la banque

Le Tribunal a donc statué que la Banque Populaire avait  bien causé un préjudice moral certain aux demanderesses qui ont dû insister longuement auprès de ladite banque pour obtenir des réponses à leurs questions et faire appel à des professionnels pour faire valoir leurs droits.

Le service juridique de l’UFC Que Choisir de Toulouse

 

Articles relatifs

Journée Européenne 2021 de vos Droits en Santé

COVID 19 : Fermeture de l’AL de RODEZ

UFC Que Choisir Occitanie

Lutte contre la fraude en matière de rénovation énergétique

UFC Que Choisir Occitanie