Infos pratiques Thématiques Transports

Scandale des airbags défectueux.

Au cours des derniers mois, le scandale des airbags défectueux a retenu l’attention des médias européens, mettant en lumière des problèmes de sécurité critiques et provoquant une inquiétude généralisée parmi les consommateurs.

Cette affaire a révélé des défaillances graves dans le contrôle qualité, la transparence des fabricants, et a soulevé des questions importantes sur la responsabilité des entreprises et la protection des consommateurs.

Pourtant, l’affaire n’est pas nouvelle. Elle concerne l’équipementier japonais Takata et les airbags que cette entreprise fabriquait. Plus de 100 millions d’airbags ont été distribués dans le monde au total. Takata dissimulait le problème sur ses airbags depuis de nombreuses années. Cette entreprise utilisait du nitrate d’ammonium sans agent desséchant. Lorsqu’il est longtemps exposé à la chaleur et/ou à l’humidité, en cas de déclenchement, cet agent chimique peut se dégrader et exploser avec projection de fragments métalliques et brulures causées aux occupants du véhicule. De surcroit, l’airbag ne remplit plus son rôle.

C’est le constructeur automobile japonais Honda qui a découvert le pot-aux-roses et lancé un rappel en 2008. Puis l’affaire s’est répandue aux USA après une série d’accidents se traduisant par 42 millions de rappels. Selon les organismes fédéraux étatsuniens, 27 décès et plus de 400 blessés dus à des airbags défectueux Takata ont été recensés aux USA. Takata ensuite a déposé le bilan en 2017 avec 8 milliards d’euros de dettes.

L’affaire Takata débarquera en Europe et en France bien plus tard.

En France, plusieurs accidents mortels aux Antilles, en Guyane puis à La Réunion sont survenus, ouvrant des informations judiciaires auprès des parquets locaux. Des expertises sont en cours sur un accident mortel qui aurait été causé en France métropolitaine ainsi que sur d’autres accidents potentiels.

Plusieurs millions de voitures fabriquées par plusieurs constructeurs sont vraisemblablement concernées. Seuls, Renault, Dacia, KIA et Hyundai ne seraient pas touchés.

600 000 automobiles produites par Stellantis sont ou vont être rappelées avec les C3 et DS3 mais également les C4, DS4 et DS5 produites entre 2009 et 2019. Stellantis demande aux propriétaires de Citroën C3 et DS Automobiles DS3 fabriqués de 2009 à 2019, situés dans certaines zones méditerranéennes et européennes, dont le sud de la France, d’arrêter immédiatement de conduire ces véhicules.

Cela laisse momentanément en suspens le cas d’une automobile achetée dans le sud de la France ou dans un pays méditerranéen, roulant dans le nord. Les airbags conducteurs sont les seuls concernés par les rappels, quid des airbags passagers ? D’autres constructeurs ont procédé au remplacement de ceux-ci.

Que pouvez-vous faire ?

Si vous êtes dans le doute, vous pourrez trouver une liste (non exhaustive) dans le lien ci-dessous.

https://www.quechoisir.org/actualite-rappel-des-airbags-takata-de-nombreux-constructeurs-auto-concernes-n124374/

Dans le cas où vous êtes concernés ou si vous voulez vérifier votre situation par précaution supplémentaire, vous pouvez visiter le site Internet du constructeur de votre automobile. Préparez le numéro d’immatriculation et le VIN de votre véhicule pour savoir s’il fait partie des véhicules concernés.

Vous pouvez également appeler les numéros de téléphone des constructeurs mis en place dans des centre d’appels dédiés.

Enfin, vous pouvez vous déplacer chez votre concessionnaire.

Si vous désirez de plus amples informations, rapprochez-vous de votre association locale de l’UFC Que Choisir qui pourra vous informer et défendre au mieux vos intérêts.

N’hésitez pas à partager ces ressources avec vos proches afin de renforcer la sensibilisation autour de ces questions cruciales.

N’hésitez pas non plus à nous rendre visite ! Nous restons à votre disposition pour toute question ou préoccupation relative à votre sécurité ou tout autre relative à la consommation. Nous vous invitons à prendre un rendez-vous et à visiter nos bureaux où notre équipe de conseillers se tient à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches et interventions éventuelles.

UFC Que Choisir de Tarn et Garonne
Adresse de nos bureaux : 25, Charles Caperan à Montauban
téléphone 05 63 20 20 80.

Articles relatifs

Refus de remboursement des fraudes bancaires, l’UFC-Que Choisir passe à l’action

Arnaques au faux conseiller bancaire : comment les éviter et quels sont les recours ?

La sécurité routière

UFC Que Choisir Occitanie